THIMO

La composante 1 «Travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre » appuie les opportunités d'emplois temporaires pour les jeunes non qualifiés, peu qualifiés, des zones urbaines, périurbaines et rurales.

La mise en œuvre de la composante THIMO a été confiée au Projet des Travaux Routiers à Haute Intensité de Main d’Œuvre (PTR-THIMO) du Ministère des Infrastructures, du Désenclavement et des Transports (MIDT). Durant le projet, il est prévu l’enrôlement de 31 000 jeunes hommes et femmes  dont environ 16 000 en zones urbaines et 15 000  en milieu rural. Le projet  fait la promotion de la participation des femmes dans les THIMO à travers des activités accessibles aux femmes et réserve au moins 30% des emplois THIMO aux femmes.

Pour la sous-composante « THIMO en milieu urbain », une convention de Maitrise d’Ouvrage Déléguée (MOD) est établie avec les quatre (04) communes urbaines bénéficiaires notamment Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya et Manga avec lesquelles une convention.

Dans le cadre des THIMO en milieu urbain, l'accent est mis sur la réhabilitation et l’entretien des routes, le curage de caniveaux, le désherbage et le désensablement de chaussées ; le nettoyage et le débroussaillage des abords des pistes des alentours des banquettes et l’extraction de la jacinthe d’eau au niveau du parc urbain Bangre Weogo, l’appui à l’état civil et à l’administration communale, l’appui pour l’entretien des espaces communautaires…

Le projet explore les THIMO novateurs notamment la régulation de la circulation, la  sensibilisation des communautés sur l'environnement, les questions d'hygiène, de nutrition et de santé (tels que le VIH/SIDA, la planification familiale, l’utilisation des  moustiquaires). 

Les jeunes employés dans les THIMO en milieu urbain bénéficieront d’un accompagnement permettant de les préparer à une bonne insertion dans le marché du travail  à la fin de leur contrat. A ce sujet, ils suivront des sensibilisations obligatoires sur les thèmes sociétaux (civisme, citoyenneté, VIH-SIDA…)  et une initiation aux métiers pour les aider à identifier des activités professionnelles qu’ils souhaiteront poursuivre à l’issue de leur contrat. Ils suivront également des formations/sensibilisation en entreprenariat et sur la gestion d’AGR. Pour ce faire, deux  jours de la semaine sont consacrés à la formation et  payés comme jours de travail.

Les bénéficiaires des THIMO seront sensibilisés et encouragés à l’épargne. Pour ceux qui adhèrent à l’idée d’épargne, un prélèvement à la source sur le salaire, est organisé et ces ressources seront restituées au terme du contrat pour faciliter la réalisation d’activités génératrices de revenus.

Les THIMO en milieu rural couvrent deux (02) communes rurales de la  Région du Centre-Sud (Béré et Guiba) et quatre (04) communes rurales de la région du Nord (Barga, Kaïn, Rambo, et Tangaye). L’exécution des travaux a été confiée à l’ONG suisse HELVETAS Intercooperation à travers une convention de maîtrise d’ouvrage déléguée.

Deux grandes catégories de travaux sont mises en œuvre. Il s’agit des travaux de réhabilitations de pistes rurales et les travaux communautaire de Gestion des Ressources Naturelles et d’appui à la production qui peuvent être réalisés selon la méthode HIMO (GRN).

Les  six (06) communes rurales bénéficient  d’une assistance technique du Programme National de Gestion des Territoires (PNGT, phase 3) dans : (i) l’actualisation de leur Plan Local de Développement, (ii) le choix des autres activités prioritaires (autre que les pistes) et (iii) l’accompagnement dans toutes les étapes de mise en œuvre.