Mission de supervision du Projet Emplois des Jeunes et Développement des Compétences : Monsieur le Ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle accorde une audience à la Banque mondiale.

Mission de supervision du Projet Emplois des Jeunes et Développement des Compétences : Monsieur le Ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle accorde une audience à la Banque mondiale.

Le jeudi 30 mars 2017, Monsieur Ouédraogo Ismaïl, Ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles accorde une audience à Madame Rebekka Grun, Economiste Principale et Chargée du Projet Emplois des Jeunes et Développement des Compétences (PEJDC) auprès de la Banque mondiale.

D’entrée de jeu, Madame Rebekka Grun a fait une brève présentation du PEJDC dont elle a la responsabilité de suivre pour le compte de son institution. Elle a précisé que le projet a accusé beaucoup de retard car la plupart des étapes convenues lors des missions précédentes de la Banque mondiale n’ont pas été exécutées. C’est pourquoi, la Banque mondiale a souhaité la restructuration du projet afin que les cibles soient revues à la baisse et permettre ainsi au projet d’atteindre les résultats escomptés au 15 décembre 2018 date de clôture du projet.

Quant au Ministre en charge de la jeunesse, il a exprimé la pertinence de la restructuration qui permettra de délimiter un tant soit peu les champs d’intervention du projet et aidera à la résolution du problème de chômage des jeunes burkinabè. Monsieur le Ministre a, par ailleurs, informé la délégation de la Banque mondiale de son souhait de mettre en place un cadre de concertation entre tous les projets de son Ministère afin de créer une synergie d’action pour plus d’efficacité et d’efficience.

Enfin, la délégation a apporté des éléments de réponse aux préoccupations de Monsieur le Ministre en charge de la Jeunesse notamment en ce qui concerne la passerelle qui existe entre les travaux à haute intensité de main (THIMO) qui sont des emplois à caractère temporaires et l’emploi permanent. Pour pérenniser les acquis, le projet offre aux brigadiers des THIMO des opportunités de formation en entreprenariat et en métiers à travers la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso et la Chambre des Métiers du Burkina Faso. En plus, ces derniers ont la possibilité de faire une épargne volontaire qui les aidera à s’installer à leur propre compte une fois les THIMO terminés.

Rubriques